Se connecter S'inscrire

Dans les sports collectifs comme dans l’entreprise, le premier facteur clé de succès est l’Humain

Souvent dans les sports collectifs, on se rend compte que le fait d’avoir de très bons joueurs ne suffit pas à faire une bonne équipe. La raison est simple : les joueurs sont de fortes personnalités et ont un comportement très individualiste. Ils ne comprennent tout simplement pas l’intérêt qu’il peuvent avoir à s’associer pour partager des intérêts. Sur le plan sportif ils sont au top mais sur le plan humain, personne ne leur a jamais appris à s’écouter, à partager et à se faire confiance.
 
Le partage, l’écoute et la confiance sont trois facteurs indispensables si l’on veut qu’un groupe fonctionne, que ce soit dans le domaine du sport ou dans celui de l’entreprise. Si ces trois facteurs clés ne sont pas encrés au sein d’un groupe alors malheureusement la lutte s’exprimera en interne entre coéquipiers ou collègues plutôt que de s’exprimer face à l’adversaire ou à la concurrence.
 
Au-delà des savoir-faire qu’ils acquièrent tout au long de leur vie, il convient de former les sportifs comme les collaborateurs en entreprise à ces savoir-être que sont le partage, l’écoute et la confiance. Ceux qui n’arriveront pas à les acquérir devront être exclus de l’équipe ou de l’entreprise, au risque de les conduire à leur perte.
En se faisant confiance, en s’écoutant, en mettant en commun, les coéquipiers comme les collaborateurs vont générer une performance collective améliorée qui elle-même génèrera des satisfactions individuelles améliorées.
 
Même si l’individu a tendance à penser « individuel » et à vouloir imposer ses vues sans écouter l’autre, il a toujours intérêt à s’associer aux autres et à rechercher le compromis ! En effet, ce qu’il gagnera avec les autres sera toujours bien supérieur à ce qu’il aurait gagné seul.
 
Dès lors que dans une équipe sportive ou dans une entreprise un individu cherche à imposer aux autres sa stratégie ou son plan d’actions, il ne restera à ses coéquipiers ou à ses collaborateurs que la solution de s’opposer. Aussi, plus on cherche à imposer, plus on se construit dans l’opposition.
 
« L’autorité fait des machines ; la liberté fait des hommes », Emile de Girardin, les pensées et maximes (1867).

  • 1 094
  • 0
  • 1
Dans les sports collectifs comme dans l’entreprise, le premier facteur clé de succès est l’Humain

Ces articles peuvent également vous intéresser

Soyez audacieux, exprimez votre point de vue

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  • Laurent

    J'ajouterai qu'en 2004, l’économiste américain James Surowiecki affirmait dans « The wisdom of crowd » que « personne n’est plus intelligent que tout le monde ». Il démontrait à travers plusieurs exemples qu’une communauté réunie trouvait des réponses plus pertinentes que la plus brillante des personnes qui la composait. En effet, selon lui, « lorsqu’un groupe de personnes se réunit, les biais s’annulent et les savoirs s’accumulent », augmentant les chances que le groupe soit plus intelligent que ses parties « parfois jusqu’à 90% ».
Translate